Suisse (la préparation)

Et oouui me revoilà avec un titre toujours aussi accrocheur 😉

En 2008, les affaires sérieuses commencent 😉 , je me lance dans la construction de mon premier vélo couché solaire !

De la conception à la réalisation, tout était nouveau. Il m’aura fallu apprendre à dessiner avec un logiciel 3D puis fabriquer un prototype en bois et enfin m’attaquer à l’usinage et au soudage de l’ensemble. Ce projet aura été un vrai baptême du feu, passablement de sueur (surtout froide;-) ), quelques « grattages de tête » et beaucoup beaucoup de plaisir 🙂

En 2010, dans un dernier toner d’étincelles, un joli petit tricycle solaire équipé d’un moteur électrique par roue (3×3…) et un toit solaire plus efficace que n’importe quel parasol 🙂 est né.


Pour voir la bête en mouvement :

PS :  ce « petit » tricycle solaire a été récompensé en 2010 par ebikes.ca. Une entreprise établie au Canada, créatrice du renommé ordinateur de de bord pour vélo électrique « Cycle Analyst ».
Lien sur l’article : http://www.ebikes.ca/news/Cycle-Analyst-Giveaway-Triple-Hub-Solar-Trike-/

Et après la remorque électrique pour vélo, quoi d’autre ?

Début 2000, mon bon « vieux » pote Yann et moi-même, avons eu l’idée de parcourir à vélo le chemin de halage du canal de Bourgogne !
Comme ils nous fallaient trouver un moyen simple, léger et efficace pour transporter notre matériel de camping, nous avons décidé de fabriquer nos propres remorques. Très vite, pour rouler sur les chemins étroits, le choix d’une remorque mono roue s’est imposé. Puis, pour gommer les aspérités du terrain, nous avons pensé ajouter un système d’amortissement à nos prototypes. A cette époque (lointaine…très lointaine…), ce petit plus était une vraie innovation. Au cœur de l’amortisseur, une balle de tennis, tout simplement ! Et oui Efficaces, économiques et robustes, nos « Chariottes » passent partout !
Trois ans plus tard, avec l’évolution des vélos tout suspendu, une adaptation du point de fixation de la « Chariotte » sur la tige de celle, rend le système incroyablement maniable et évite tous risques de casse sur le vélo.

A cette adresse : http://veleau.tripproof.com/html/periples.htm vous trouverez quelques-unes des ballades du team Veleau sur différents chemins de halages de France.
Et ici : http://veleau.tripproof.com/html/materiel.htm quelques mots sur nos « Chariottes »

Sans oublier, votre petit photo vintage…

To be continued…

Mais d’où est partie cette idée un peu farfelue de fabriquer des vélos électriques solaires ?

L’origine en est toute simple !
Depuis tout petit déjà, debout sur mon vélo, j’essayai de suivre les « boguets » (vélomoteurs) et autres trucs à deux roues propulsés par un machin qui faisait du bruit et crachait de la fumé 😉
Bien vite, j’ai compris que mes mollets n’allaient pas prendre plus de centimètres « cubes » que les moteurs trafiqués (eee… améliorés) de mes potes casqués…
Après avoir donc subi durant de longues années cette insoutenable frustration 😉 et épuisé tous les moyens de dopages connus à ce jour 🙂 J’ai muri l’idée d’améliorer non plus les performances de l’homme mais bien celles de la machine ! Grande révélation qui me guidera vers le développement de plusieurs petits véhicules à moteurs qui auront tous comme point commun, de faire ni bruit, ni fumée 😉

Ci-dessous, je vous laisse apprécier les débuts de cette belle aventure relayée par la presse locale de l’époque 😉


Source : journal Coopération, septembre 1998…

Pour la petite histoire, en 1998 seules les batteries au plomb étaient disponibles ! Aujourd’hui, avec les dernières technologies LiFePO4, le poids des batteries a été divisé par trois 🙂

 

  Rien que pour vous, un petit teaser du vélo couché solaire version 2 !

Et oui, c’était bien la musiquette de l’homme qui valait 3 milliard en français ou 6 en anglais 😉

N’hésitez pas à partager 😉

Avant le grand départ, un petit galop d’essai s’impose pour apprivoiser ma nouvelle monture 🙂 .
3…2…1… contact 😉
Et hop ! C’est parti mon kiki !
Un filet de gaz et quelques virages plus tard, ma petite machine solaire (pour l’instant sans panneaux solaires) cherche déjà à me faire découvrir les environs (escapade hors des sentiers battus, entendez par là, direction le champs où l’herbe est forcément plus verte ;-). Ohh ! OOhhh! doucement ma jolie, on se calme 🙂
L’apprentissage commence d’abord par la perte de mes réflexes de cycliste traditionnel et la gestion de la masse de la machine.
Encore quelque virages et démarrages pour prendre mes marques et hop je me lance sur les routes 🙂 YYYYYooouuuuuuu :-))

C’est d’une petite ville située au cœur des montagnes neuchâteloises en Suisse que mon projet est né. C’est également dans cet environnement horloger et  micro-technique que je fabrique et assemble pièce après pièce ma rigolote petite machine solaire à deux roues.

Sans le soutien inconditionnel de mes amis, rien n’aurait été possible.
Pour tourner, fraiser, percer, usiner, les pièces mécaniques, Jacques m’a généreusement prêté ses locaux et ses machines outils. Il dirige Oscimed une entreprise inovante dans les solutions contre le ronflement.

Pour souder et assembler le cadre, Cédric m’a prêté, sans hésiter, son poste à souder TIG.

Un très très grand MERCI à eux et à tous ceux qui m’ont aidé et encouragé dans ce projet.

 

Facebooktwitterpinterestyoutubeinstagramflickrmail
Facebooktwittergoogle_plusredditpinteresttumblrmail
Facebooktwitterpinterestyoutubeinstagramflickrmail
Position actuelle :
Dans les starting-blocks :-)
Départ le 23.... ;-)
Catégories